Histoire

L’Effet Papillon : à petites actions, grandes conséquences.

Fondée en 2011 par Mélanie Péron, l’entreprise sociale L’Effet Papillon trouve son origine dans cette fameuse conviction. Elle souhaite créer un impact social concret dans la vie des personnes atteintes de cancer, en situation de fragilité ou d’isolement. Depuis sa création, L’Effet Papillon a ainsi accompagné plus de 3000 personnes, devenant un partenaire incontournable pour les acteurs du bien-être et de la santé.

En septembre 2007, on diagnostique une leucémie aiguë à mon compagnon. La terre s’effondre sous nos pieds et pendant 18 mois, nous vivons un parcours long et difficile, avec chimiothérapie, radiothérapie et greffe de moelle osseuse. L’isolement social, la douleur physique et morale, et la peur sont de vraies épreuves. Notre évasion – patient comme proches – se fait alors grâce à la musique, aux jeux et à internet.
Mélanie Péron, fondatrice et dirigeante de l’Effet Papillon

Naissance de Bliss

Porté par L’Effet Papillon, Bliss est une application de réalité virtuelle à visée relaxante, destinée à détourner l’attention lors de moments anxiogènes. Développée pour et avec les utilisateurs, en partenariat avec de nombreux médecins, chercheurs et experts de la réalité virtuelle, elle est un véritable outil de détente dont les bienfaits sont soulignés par ses utilisateurs.

Témoin quotidien des dommages engendrés par le cancer, je suis parfois démuni pour apporter des solutions à mes patients. L'Effet Papillon m'a aidé à leur proposer un réel soutien pour traverser ces épreuves : au-delà des soins de support déjà proposés, nous devons aussi être imaginatifs, et Bliss en est la preuve vivante. L’application aide les malades et leurs proches à mieux gérer les étapes du suivi médical – salles d’attente, consultations, examens médicaux lourds – et les phases de retour à la maison après traitement, toutes génératrices de stress.
Dr Hugues Bourgeois, cancérologue à la clinique Victor Hugo (Le Mans)

Rencontre avec les écoles d’ingénieurs de l’ESIEA et de l’ESCIN et création d’un premier prototype sur PC, utilisant la Kinect.

Participation au salon Laval Virtual et succès des premières présentations de Bliss.

Début de la collaboration avec l'entreprise Enozone (Laval) qui reprend le développement de Bliss sur PC.

Recherche en évaluation de soin, appelée « Etude Papillon », avec test de Bliss sur 12 patients atteints par le cancer, en complément de leurs protocoles de soins.

Campagne de financement participatif qui a permis de lever 25 537 euros pour poursuivre le développement de Bliss sur dispositif mobile.

Les premiers établissements s’équipent pour proposer Bliss à leurs patients.

Financement d’une version en réalité virtuelle

En 2016, afin de poursuivre le développement et de sensibiliser le grand public à ce projet, l’équipe autour de Bliss lance une campagne de financement via la plateforme Kiss Kiss Bank Bank. L’objectif est atteint : plus de 25 000 euros sont ainsi récoltés pour développer une version de Bliss pour smartphones et tablettes, qui facilitera encore son accessibilité et son utilisation.

Voici sept ans que Bliss se développe, prend forme, s’adapte. L’application fait actuellement l’objet de plusieurs études cliniques, pour valider son efficacité sur la réduction de la douleur. Le choix de poursuivre le développement sur casque de réalité virtuelle permet de proposer une superbe solution d’immersion. Apaisant, tant d’un point de vue graphique que sonore, Bliss offre une ambiance visuelle et un son binaural qui invitent les personnes à s’évader. L’esprit ainsi occupé ailleurs, l’utilisateur est moins focalisé sur l’événement douloureux qu’il est en train de vivre.
Dr Katell Le Dû, hématologue à la clinique Victor Hugo (Le Mans)